Catégorie : untitled

Largemouths HC

J’ai reçu par la poste mon exemplaire d’auteur de l’édition limitée de « Largemouths ».
J’aime vraiment le concept d’édition ultime et c’est visiblement ce que Hollow Press a voulu faire avec mon livre.
Pour la première fois, je vois ce livre tel que je l’avais imaginé.
Donc 700 pages imprimées sur un papier blanc très épais avec une encre très noire : cette sensation de relief – pour la première fois l’impression ressemble beaucoup à mes originaux ! Et conséquence le dos a une épaisseur de 6 cm pour ce grand format magnifique. Inutile de préciser qu’il tient tout seul debout dans la bibliothèque.

http://hollow-press.net/collections/gabriel-delmas/products/largemouths-hc-limited-edition

12485828_10153832713304231_7880773079339334591_o 12466063_10153832713544231_9136578626133832436_o 12469447_10153832713334231_5224487731070648433_o 12469594_10153832713609231_6512836801946007910_o 12487278_10153832713329231_4796662093878343118_o

La Guerre – Otto Dix

Dans sa série de 50 gravures intitulée « La guerre », Otto Dix marque très fortement sa filiation avec Goya, et affirme que la peinture moderne, depuis Goya, est bien expressionniste et réaliste. Le « réalisme » est un des mots clé qui hante l’art au XXème siècle. Réaliste, l’artiste enregistre l’apparence par la sensation. Bien sûr il ne s’agit pas de réalisme plat, soumis à la documentation et à la photographie.
Dans « Rencontre nocturne avec un fou » (planche 22), Dix nous montre un homme à l’uniforme déchiqueté. On ne sait plus quelle est son armée. Il erre au milieu des gravas. La patrouille de nuit croise dans la tranchée ce soldat devenu fou. Brûlé, lacéré, écorché, il est un corps projeté hors du temps de la guerre, une ombre de la nuit. Autour, les ruines devenues molles et mouvantes, sont un paysage usé.
Cette planche est une des moins narratives de la série. Elle fonctionne comme un portrait, mais aussi comme un miroir. Le fou nous fait face dans le quart en bas à droite de la gravure. Comme Goya, Dix assemble plusieurs manières de dessin dans ses oeuvres. Il n’enferme rien dans un « style » surplombant et préconçu. Son style c’est la sensation le plus immédiate, une charge de puissance plastique, sans jamais se soucier de la grammaire du dessin. Les erreurs, les faiblesses, les hasards servent l’expression. Elles sont emportées par la sensation. Le dessin dépasse la plate exactitude, la banalité des règles. L’harmonie doit être plastique. La confrontation des griffures qui dessinent le fou avec les larges réserves claires du paysage rend le personnage au premier plan plus agressif et plus douloureux à la fois. Le décor de la scène s’embue au profit du cauchemar : la mort est sans raison. La souffrance n’a pas de sens. Le squelette de la toiture, peigne immense qui monte dans le ciel, semble le cou d’un monstre étrange aux grosses pattes de pierres, et à la queue de bois brûlé. Une souche d’arbre, au dessus de la tranchée, a deux longues oreilles dressées. Le fou semble sourire. Du même sourire affreux de cette mère à genoux devant son enfant mort, sur la planche 35. C’est un sourire de désarmé, de mort-vivant. L’expression de l’horreur.
http://cs.nga.gov.au/IMAGES/LRG/128603.JPG

Käthe Kollwitz

« Violée » de Käthe Kollwitz
Tout le travail de l’artiste est dans cette suggestion. La violence est bien là, plus forte, plus paralysante que la complaisance qui montrerait l’acte. Comment exprimer l’horreur ? Kollwitz nous montre ce corps désarticulé, immobile, la tête renversée, enfoncée dans la terre, au milieu de plantes qui semblent chiffonnées, draps monstrueux. Les fleurs autour sont des yeux, nos yeux, les témoins muets, les témoins captifs, les témoins soumis, les témoins qui dégoulinent, pourrissent, mous, lâches. La vie effondrée.
http://www.deborahfeller.com/news-and-views/wp-content/uploads/2013/11/Kollwitz-Raped.jpg